Facebook

Un après-midi de rugby

Voici une histoire qui nous est arrivée l’an dernier et que j’ai envie de partager. Amateur de rugby je ne rate jamais, dans la mesure du possible, un match de l’équipe de France. J’avais regardé le premier match tout seul dans mon salon, terminé sur une victoire poussive des français. Je m’étais dit qu’il est toujours plus agréable de regarder un match entre potes comme je le faisais du temps où nous habitions en région Rhône Alpes. Aussi je décidais de proposer à D. et P. de venir tester notre nouvelle télé de 140 cm. Arrivé depuis plus de deux ans dans la région, je commençais seulement à me faire quelques copains.

Après les présentations d’usage, Dominique, ma petite femme, s’éclipsait et nous laissait tous les trois devant la télé. Comme promis P. avait amené un pack de bière mais avec la tension du match qui ne se présentait pas très bien pour nos favoris, la première demi-heure était à peine passée que nous n’avions plus rien à boire. Je demandais alors à Dominique si elle aurait la gentillesse d’aller nous acheter des bières à la petite superette en bas de la résidence.

Elle venait juste de refermer la porte que P. me faisait un compliment sur ma femme, qu’il trouvait visiblement fort accorte. D. lui répondait d’un sourire entendu. Il est vrai que Dominique, bien que quinquagénaire depuis quelques jours reste une femme très désirable. Un peu rondelette certes mais, à en croire les regards de mes invités, cela n’avait pas l’air de les gêner du tout.

Dominique revint juste au moment de la mi-temps du match. P. lui propose alors, pour la remercier, de venir boire une bière avec nous. Comme elle n’aime pas ça je vais chercher la bouteille de blanc que nous n’avons pas fini la veille au soir. Dominique s’installe sur le canapé entre P et moi. Nous trinquons une fois, deux fois. La conversation s’anime, les joues de Dominique rosissent. A un moment P. pose sa main sur le genou de ma femme et me regarde d’un air interrogateur. Certes voir Dominique prise par un autre homme fait partie de mes fantasmes mais de là à franchir le pas ? L’alcool aidant (j’ai perdu l’habitude de boire de l’alcool depuis mes années lyonnaises) je ne sais pas trop comment réagir et lui souris un peu niaisement. Prenant cela pour un encouragement. Il remonte sa main dévoilant les cuisses de ma femme. Entretemps D. est passé derrière le canapé et s’attaque au décolleté de Dominique. Ce sont maintenant quatre mains qui explorent les rondeurs généreuses de la belle. Elle tente maladroitement de repousser ces caresses et me regarde d’un air inquiet. Nous n’avons jamais abordé le sujet de la pluralité, sauf quelquefois en faisant l’amour pour augmenter notre excitation. Aussi je ne sais pas comment elle voit la chose. Sa jupe est maintenant relevée jusqu’au nombril et je m’aperçois qu’elle porte le collant ouvert que je lui ai offert il y a quelques temps. Nous avons prévu un restaurant ce soir et elle sait que j’adore la savoir avec ce collant qu’elle porte toujours sans culotte. D. a réussit à dégager ses seins du corsage et les malaxe à pleines mains. P. lui s’attaque à sa petite chatte. Je vois qu’elle se débat plus mollement et ses tétons pointent sous la rude caresse de D. Voir ma petite Dominique à demi-nue sous les caresses de ces deux lascars me met dans un état d’excitation incroyable. Je lui prends la main pour l’aider à se lever et aidé de P. nous la débarrassons de sa jupe et de se qui reste de son corsage. La voilà debout, nue devant trois hommes, si ce n’est son collant ouvert qui laisse libre l’accès à sa chatte. P. la fait tourner et avec D. malaxent ses fesses charnues et rebondies, rentrent leurs doigts dans sa fente qui mouille comme jamais. 

A la télé le match a repris mais plus personne ne s’y intéresse, une mêlée (ouverte) bien plus excitante est en train de se former. Ni tenant plus je la renverse sur le canapé et la prend en levrette. P. a libéré sa verge et la lui fourre dans la bouche. La voir sucer ce mec qu’elle ne connaissait pas il y a une heure m’excite au plus haut point et j’accélère mon mouvement de va et vient. Mais déjà D. sollicite la place. Je la lui cède à contrecœur mais je décide de prendre la place de P. dans la bouche de Dominique. D. laboure la chatte de Dominique, les claques sonores qu’il lui donne ont rougi ses belles fesses. Je n’en peux plus et je me déverse dans sa bouche. P. a relayé D. qui vient lui aussi faire laper son sperme par ma petite salope que je n’avais vu dans cet état. P. lui préfère se finir sur les seins de Dominique.

Et voilà, le match est fini (j’ai regardé la deuxième mi-temps en replay le lendemain) et les copains sont partis, visiblement pas déçu de leur après-midi. Dominique, un peu gênée, m’a avoué avoir eu plusieurs orgasmes. Nous n’avons plus jamais reparlé de cet après midi déjantée. Je vous avoue que pour ma part j’y pense très souvent quand je lui fais l’amour et ça m’excite énormément.

Dominique m’a innocemment demandé fin janvier s’il y avait encore les matches de rugby cette année !!

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *