Facebook

Sa toute première fois

Louise et moi passons un weekend merveilleux ponctué de parties de sexe torride, libérées de tout. Nous sommes à quelques heures de devoir se quitter pour quelques temps et l\’idée de nous revoir nous excite beaucoup.
-Je vais devoir apprendre à me passer d\’elle, dit-elle en tenant mon sexe dans sa main.

Elle le tient avec douceur, fait des petits mouvements et malgré une nuit de folie, je suis toujours raide dès qu\’elle me touche.
-Eh bien, lui réponds-je, tu n\’as qu\’à te toucher et imaginer que je suis là.
-T\’es fou ou quoi? Je ne fais jamais ce genre de choses, je n\’ai jamais essayé.
-Alors, il serait temps que tu t\’y mettes
-Mais je ne sais même pas comment faire.
-Alors, ferme les yeux et pense à tout à l\’heure
-Si tu veux.

Elle ferme les yeux et je pris sa main pour caresser avec elle ses seins, j\’utilise ses doigts pour pétrir sa poitrine. Elle respire plus fort. Avec son autre main, je descends doucement, la première titille toujours ses tétons durcis. Je n\’ai pas le droit de la toucher et j\’en suis fou.
-Tu aimes?
-Oui, mais ça fait bizarre, surtout quand c\’est toi qui m\’apprends.
-Laisse-toi aller.

Elle respire de plus en plus fort alors que nos mains jumelées caressent le cachemire de son ventre. Je guide sa main et elle semble apprécier. Ses yeux se tendent, elle a toujours les paupières closes. Je remonte vers ses seins et je les pétris d\’amour avec ses mains. Entre ses doigts, ses seins semblent plus volumineux, fermes, laiteux et ils appellent aux baisers mais ce ne seront que ses doigts qui en prendront soin maintenant. Elle respire plus fort encore et je redescends doucement vers son nombril, puis vers son pubis lisse comme une pêche. Elle commence à trembler et sa main se fait moins docile alors je m\’attarde sur ses cuisses, je caresse l\’intérieur, sa peau s\’enflamme à nos caresses. Elle commence à gémir et la pièce est emplie de l\’odeur de son désir.

Je monte et descends sur ses cuisses, alors que comme une bonne élève, elle se caresse les seins. Je remonte vers son puits d\’amour. Je l\’effleure de ses doigts, sans entrer, sans écarter ses lèvres, juste pour toucher sa peau si douce. C\’est brûlant, c\’est doucement mouillé.

Elle se caresse toujours sensuellement la poitrine que je brûle de les sucer, mais maintenant, c\’est son plaisir et l\’idée qu\’elle s\’abandonne entre mes doigts m\’excite à mort.
Nous nous frayons un chemin petit à petit entre ses cuisses. Elle a sa mouille au bout de ses doigts, elle gémit lorsque nous caressons ensemble l\’entrée de l\’antre se ses plaisirs. Je continue et je guide ses doigts vers son clitoris, sa respiration se fait intense et elle se pétrit les seins avec frénésie. De son petit doigt, elle caresse ce clitoris gonflé. Elle plisse les yeux et gémit de plaisir. Je guide ses doigts sur son bouton d\’amour, elle mouille, elle gémit.

Son petit bouton gonfle et la fait gémir, elle le caresse, elle le prend entre ses doigts, je la guide de moins en moins. Elle se caresse les seins, elle rougit. Doucement elle descend ses doigts et en introduit un dans sa chatte mouillée. Elle se fait jouir toute seule, délicatement, je m\’écarte d\’elle et j\’empoigne mon appareil photo et je la filme alors qu\’elle est dans un autre monde. Elle introduit deux doigts et joue avec sa chatte ou avec son clitoris. Elle plisse les yeux, elle gémit. Elle a une main sur son clitoris, l\’autre dans son trou d\’amour. Mon sexe est dur, tendu, j\’ai envie de la prendre là, tout de suite mais je me retiens. Elle est si belle quand elle jouit.

Elle se contracte, elle est rouge, elle jouit fort. Elle lâche un gémissement à la limite du cri qui ne fait aucun doute sur son orgasme. De ma caméra, je la filme dans toute sa beauté prendre du plaisir toute seule. Elle savoure son orgasme alors qu\’elle se crispe sur son sexe trempé de son nectar de désir.
J\’éteins la caméra et je vais lui glisser un baiser sur le coin de ses lèvres.
-Tu vois quand tu veux.
-Oh merci, merci, merci de m\’avoir appris ça.

Je l\’embrasse encore et encore, elle est superbe dans la lumière de ce dimanche matin. Le soleil filtré à travers les voiles des fenêtres joue au clair-obscur avec ses formes. Elle git sur le lit et je la contemple.
La revoir, vite la revoir.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *