Facebook

Un anniversaire inoubliable

Je m’appelle Sonia j’ai 35 ans et je suis mariée depuis cinq ans à un homme merveilleux.
Pour notre anniversaire de mariage, je voudrais lui offrir un cadeau inoubliable. Après avoir réfléchi longuement, j’ai enfin trouvé LE cadeau idéal mais j’ai besoin d’aide. Je décide alors de téléphoner à Myriam, une jeune femme rencontrée il y a peu, qui je suis sûre, sera parfaite.
Aujourd’hui c’est le grand jour, enfin plutôt le grand soir. Je me prépare comme si c’était la première fois. Une longue douche où j’imagine mille et une choses en me caressant, le lait pour le corps au parfum si envoûtant, des sous vêtements choisis avec soin. Sa tenue préférée mais j’ai été faire les magasins pour l’occasion. Un ensemble soutien-gorge à balconnet noir qui peine à retenir mes gros seins ronds et fermes, un tanga en dentelle qui laisse voir mon sexe parfaitement épilé, le premier porte –jarretelle qu’il m’a offert, des escarpins noirs et mon peignoir en soie.
J’attache mes longs cheveux noirs en chignon et je me regarde dans le miroir, satisfaite du résultat.
Une dernière touche de parfum là où il faut et c’est parti.
Myriam est dans l’autre chambre, prête, tout est prêt.

Au moment où je vais prendre place à côté de la porte d’entrée, j’entends des clés, mais c’est fermé. Il sonne, mon cœur s’emballe. J’ouvre la porte lentement, dissimulée derrière et le laisse découvrir.
L’appartement est éclairé par des dizaines de bougies qui diffusent une lumière tamisée et romantique. Certaines d’entre elles semblent même indiquer une direction à suivre.
Surpris il demande ce qu’il se passe, sans un mot je l’attrape par la main et nous nous dirigeons vers notre chambre à coucher.
Une fois à l’intérieur, il me met en face de lui et ouvre mon peignoir. Ma poitrine se relève de plaisir. Il a compris.
« Joyeux anniversaire mon Am.. » Je n’ai pas le temps de finir ma phrase qu’il m’attire vers lui pour m’embrasser. D’abord délicatement puis au fur et à mesure qu’il me touche, plus sauvagement.
Nos langues se cherchent et se trouvent. Il me plaque contre le mur et me lèche. Le cou, les seins qu’il serre fort dans les mains. Je sens que je peux craquer.
Non ! Je le repousse violemment et d’une voix autoritaire, lui ordonne d’aller s’allonger sur le lit.
Une fois allongé, je m’assois sur lui en prenant soin de lui coller mon cul sur son sexe et surtout de lui mettre mes seins dans la bouche quand je me penche pour lui bander les yeux.
Lui ne comprend rien mais se laisse faire docilement.
Maintenant que tout est en place, que le spectacle commence.

D’un signe de tête discret, je dis à Myriam de nous rejoindre. Son corps de rêve moulé dans une guêpière trop petite, son cul si droit et si dur, tout cela accompagnée d’une démarche sensuelle et d’un regard lubrique ; sans aucun doute cette fille était faite pour nous.

Comme je suis en train d’embrasser fougueusement mon mari, ce dernier ne se rend pas compte qu’une main délicate s’attaque à ses boutons de chemise. C’est lorsqu’il a senti une autre langue sur son téton en même temps que la mienne dans sa bouche qu’il a compris. A ce moment il a poussé un gémissement de plaisir et j’ai senti dans son pantalon une bosse devenir de plus en plus grosse.
Il me supplie de lui retirer le bandeau mais je refuse.
Je descends doucement le long de son corps en le léchant en même temps que Myriam. Sauf que moi je descends et elle, elle remonte.
Je vais enfin pouvoir le sucer, j’adore le sucer, la mettre dans ma bouche et jouer avec.
Pendant que je les entends s’embrasser à pleine bouche, je baisse le pantalon de mon mari et je sors sa bite devenue trop grosse pour son boxer. Elle est comme d’habitude. Belle, majestueuse, propre.
Je suis presque autant amoureuse d’elle que de mon mari.
Doucement je dépose un peu de salive dessus et je commence à la rentrer dans ma bouche. D’abord juste le dessus du gland, ensuite je lèche toute la longueur, les testicules et je remonte encore plus doucement comme si c’était une sucette.
Plus je lui lèche les couilles, plus je vois son corps se soulever de bonheur. Je suis une suceuse hors-pair il me l’a toujours dit.
Après quelques minutes, il me demande de me retourner pour qu’il puisse me faire aussi du bien.
On se retrouve alors en 69, moi en train de le sucer et lui et Myriam en train de jouer avec mon clitoris. Je sens en premier un doigt s’introduire dans ma fente, je reconnais le doigt fin et délicat de Myriam. Je sens un deuxième doigt, plus épais plus sauvage. Mumm plus j’aime, plus je m’active sur la bite de mon mari.
Au moment où je sens leurs deux langues lécher mon clitoris, j’ai envie de jouir mais je me retiens.

Mon mari s’arrête et nous demande de lui enlever son bandeau. C’est inhumain, dit-il, de vivre un truc pareil et de ne pouvoir le voir. Je rentre encore une dernière fois sa queue au plus profond de ma gorge et j’accepte.

Myriam et moi lui enlevons en même temps. Il est heureux je le vois dans ses yeux. A son tour de regarder. Il va s’asseoir sur son fauteuil en face de nous. Rien que de le voir ça m’excite. Son 1,80 de puissance, son torse musclé, j’ai envie qu’il me baise. Mais avant, je veux goûter à Myriam moi aussi.

Myriam m’a compris et se met à demi-debout sur le lit devant mon mari. Je viens devant elle et la déshabille doucement. Ses seins se libèrent sans la moindre difficulté. Je saisis chacun d’entre eux et le met dans ma bouche, je lèche les tétons délicatement et les passent entre mes doigts. Chaque coup de langue dessus provoque en elle un sursaut de plaisir. Elle m’attrape les cheveux violemment pour m’embrasser mais je sais qu’elle veut plus.
Ca va très vite, nous nous doigtons en même temps, je suce ses lèvres gourmandes et pulpeuses. Sa langue sur mes seins est un véritable délice.
Nous invitons mon mari à nous rejoindre sur le lit et nous nous mettons toutes les deux en levrette. Le cul bien droit et la fente bien ouverte, mon mari rêve et ne sait par qui commencer.
Je lui dis alors de baiser d’abord Myriam et de finir avec moi. Sans se faire prier et comme un animal, il la tire brutalement vers lui et entre dans sa chatte ouverte. Tandis qu’il fait des va-et- vient en elle, il joue avec mon sexe, rentre un doigt puis deux, vite, doucement. Vite moi aussi je veux. Je peux voir Myriam qui se tord en poussant des cris et en se léchant tellement c’est bon.
Au bout de quelques minutes, c’est mon tour. Sa bite est pleine de la mouille de Myriam mais ça m’excite encore plus. Il m’écarte les fesses et rentre dans ma chatte. Sa bite rentre toute seule comme d’habitude. Je le sens glisser en moi, ses mains se baladent et s’accrochent à mes seins. Dans la seconde qui suit, il me tire les cheveux et m’embrasse, joue avec ma langue. Il me baise, ses coups de reins deviennent de plus en plus forts. Ca y est je vais jouir. Je jouis et mon mari aussi. Je sens son liquide chaud dégouliner en moi. Mmmm j’ai envie qu’il revienne à l’intérieur tout de suite.
Nous voici tous les trois allongés sur le lit. Moi au milieu contre mon mari et Myriam contre moi. Ca mériterait une photo. Nous restons ainsi un long moment. Myriam veut recommencer mais toutes les bonnes choses ont une fin et c’est l’heure de se rhabiller et de s’en aller.
Cette fois c’est sûr, mon mari n’est pas près d’oublier notre anniversaire de mariage….

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *